Vin de France & Liberté!

Vous avez sans doute déjà remarqué que plusieurs vignerons en France préfèrent la désignation Vin de France à l’AOP (appellation d’origine protégée) propre à leur territoire de production (par exemple : Anjou, Bergerac, Beaujolais…) C’est le cas de certains vignerons avec lesquels nous travaillons. Pourquoi donc peuvent-ils bien faire ce choix? 

Tout d’abord et pour faire ça très simple, la création du système d’appellation d’origine contrôlée (AOC) voit le jour en 1936 avec les premières appellations; Arbois, Cassis, Châteauneuf-du-Pape et Monbazillac. Avant cette date, on parle d’appellation d’origine (AO) et aujourd’hui, il s’agit du terme AOP. C’est dans le but de contrer la fraude, la surproduction et en réponse aux crises qu’est établi un tel système d’appellation. Le premier objectif est d’établir une norme qualitative et de contrôle sur tous les processus d’élaboration des vins, de la provenance des raisins jusqu’aux normes d’étiquetage des bouteilles. Les vignerons voulant se doter d’une appellation liée à leur territoire doivent obligatoirement respecter le cahier des charges. Chaque appellation régionale, sous-régionale et 1er cru, a son cahier des charges dans lequel sont dictées les règles à suivre: les aires géographiques limitées, l’encépagement du vignoble, les rendements, le type d’élevage, etc. C’est le guide à suivre afin d’obtenir le vin qui se veut le reflet du terroir de cette zone délimitée.

Aujourd’hui encore, les vins sont analysés et dégustés par un comité afin d’établir si le nouveau millésime des vins soumis peut se mériter l’AOP demandée. Par exemple : Y retrouve-t-on au moins 20% de cabernet-sauvignon et pas plus? Quel est le taux de soufre, a-t-on le minimum requis? En bouche, retrouve-t-on bien la typicité voulue? Etc. Plutôt contraignant, non?

Plusieurs vignerons font alors volontairement le choix de déclasser leurs vins. Personnellement, je trouve que le terme déclasser serait à revoir. Il a pour moi une connotation péjorative alors que l’idée est de se surpasser. Je dirais plutôt que certains vignerons font le choix de la liberté du Vin de France. Par exemple, Frank Pascal, du Domaine Jonc-Blanc dans le Sud-Ouest, a retiré ses vins de l’appellation Bergerac. Pourquoi?  

« L'appellation est une vieille histoire du passé, une tentative malheureuse de collectiviser le marketing. Autant dire que c'est une machine à tirer vers le bas ! L'uniformisation des process, des rendements, des modes de culture avec un objectif de ‘typicité' nivelle dangereusement l'appellation. Le Vin de France, c’est la liberté! »

Le réputé Domaine Mosse en Loire a également fait le choix du VDF. J’ai toujours cru que c’était le choix de Joseph et Sylvestre, les deux frères qui ont pris le relais au domaine familial, afin de se démarquer et prendre position. Joseph Mosse m’explique : « Ça vient d’une époque (2011) où on nous refusait l’appellation à la dégustation, par manque de typicité. Et maintenant, c’est plus simple d’être en VDF : moins de démarches administratives, moins coûteux… » C’est le parfait exemple, selon moi, de vignerons qui ont envie de faire des vins vrais, authentiques et de personnalité. Doit-on maquiller les vins qu’on aime faire pour les faire entrer dans un moule?

Par contre, je tiens à faire quelques précisions importantes. La désignation Vin de France n’est pas nécessairement un gage de qualité, pas plus qu’une appellation réputée en est une. Que ce soit un vin de Bordeaux, de Pommard, en Hermitage ou du Languedoc, il faut savoir faire la part des choses. Un bon vin est un bon vin. Un vin infect est un vin infect. Notre travail à nous, en tant qu’agence d’importation privée, est d’aller à la rencontre du vigneron : discuter, goûter, visiter, comprendre la philosophie de travail, les méthodes de culture et d’élaboration des vins, ainsi que les choix qui y sont rattachés. Pour le consommateur d’ici, on fait le travail en amont et notre relation est très personnelle avec chacun des vignerons que nous choisissons de représenter. C'est quand tout s'aligne et qu'on a un coup de cœur qu'on considère alors qu’il faut vous partager ces magnifiques trouvailles.

Alors voilà. Ne levez jamais le nez sur un Vin de France. Ne vous laissez pas duper par une carte des vins de restaurant où tous les vins sont en appellation, ce n’est pas un gage de qualité pour autant. Soyez curieux, posez des questions et osez découvrir!

 

5 VDF X À DÉCOUVRIR 

 

LA JOUTE 2019

Nouvelle cuvée signée Mosse, on s'en régale!

  

MÉLANCOLIE 2017

Blanc unique et grandiose, cuvée éphémère en quantité limitée.

 

CHAMP BLANC 2018

Bonjour. Je suis un délicieux gamay du Beaujolais. Et toi?

 

  

RONDS NOIRS LOU 2020 

 Charme fluide de haute buvabilité, par ici le canon du Languedoc!

 

      RACINE 2017

Rouge sérieux, étoffé et vibrant. Ça suffit les vins de soif!

 

 

VOIR TOUS LES BONS VINS DISPONIBLES!