Entrevue avec Il Roccolo

Jeune, intelligente, engagée, indépendante et inspirante, Silvia Tezza est la femme derrière le vignoble Il Roccolo di Monticelli, situé dans la romantique région de la Vénétie, près de Vérone, dans le nord de l’Italie. L’année passée, nous recevions ses vins pour la première fois au Québec et la réaction des amateurs de vin nous a confirmé que nous n’étions pas fous… coup de cœur général! Des vins élaborés avec amour et sans intrants chimiques, aucun. Ils sont vivants, non filtrés et non sulfités.  

Totalement dévouée à ses vignes, on retrouve comme cépages pour son frizzante et son vin blanc de longue macération (orange!), le garganega et le trebbiano (vielles vignes). Pour son unique cuvée en rouge, c'est un assemblage des cépages typiques de la région: oseleta corvina, corvinone, molinara et rondinella.

Un nouvel arrivage des vins de Silvia vient tout juste de débarquer chez nous, dont sa première cuvée en rouge! Pour souligner l’occasion, nous vous présentons l’entrevue réalisée par Pierre-Luc Gagnon, un de nos représentants, avec la souriante et talentueuse Silvia.

Bonne lecture!

VDLV – Quelle est l’importance du terroir pour vous? Et pensez-vous que les techniques ancestrales peuvent faire partie du terroir?

SILVIA – Le terroir est très important et c’est pourquoi il n’y a presqu’aucune intervention en cave. J’utilise les techniques ancestrales pour mon frizzante Cinciallegra en utilisant le jus de mes raisins pour créer la refermentation en bouteille.

VDLV – Combien de personnes travaillent avec vous dans le chai?

SILVIA – Personne d’autre, je travaille seule.

VDLV – Giulio Armani du domaine Denavolo était un conseiller pour vous à vos débuts. Est-il toujours près de vous afin de vous guider dans le travail ou lorsque vous rencontrez des difficultés?

SILVIA – Non… Je parle beaucoup avec mes voisins quand il s’agit de vin.

VDLV – Je suis tellement excité par votre nouvelle cuvée en rouge! Pouvez-vous m’en parler un peu?

SILVIA – Issu des mêmes variétés qu’un Valpolicella, il est vieilli en cuves d’acier inoxydable. Petit secret… une partie du vin repose présentement en fûts de chêne et sera prêt dans quelques mois.

VDLV - Quel processus vous a conduit à effectuer une longue macération sur peaux de 150 jours pour votre Monticelli bianco?

SILVIA – La longue macération cutanée adoucit les tanins. Il nous donne un vin orange frais et élégant!

VDLV – Il est important pour vous d’intervenir le moins possible dans le processus de vinification?

SILVIA – Oui, c’est très important. Le gros du travail, c’est à la vigne que ça se passe. Je fais le moins d’intervention possible à la cave et rien n’est ajouté aux vins.

VDLV – Pouvez-vous nous dire lequel de vos vins est votre préféré?

SILVIA – C’est comme devoir choisir son enfant préféré (rires)… Non, je ne peux pas.

VDLV – Pensez-vous être vigneronne toute votre vie?

SILVIA - Nous ne savons pas ce que la vie nous réserve… En ce moment, le vin… c’est ce que je veux faire!

VDLV - Quelles régions du monde vous excite le plus pour le vin naturel en ce moment?

SILVIA – Je travaille beaucoup… Ce n’est pas toujours facile de savoir ce qui se passe ailleurs! (rires)… Je dirais que chaque partie du monde qui est sérieuse à propos de faire du vin est excitante.

VDLV – Vos 3 vins sont récemment arrivés au Québec. Je vous nomme les cuvées et vous me dites le premier mot ou la première image qui vous vient à l'esprit. Pas le droit de réfléchir :

Cinciallegra 2018, frizzante orange

Silvia – Mouvement.

Monticelli bianco 2018 (150 jours de macération)

Silvia - Me rappelle le charme d’une vieille dame. (rires) On peut simplement garder le mot « charme »? (rires)

Monticelli rosso 2018, vino rosso

Silvia - Cœur léger… légèreté de l’enfance.

Merci Silvia, On a déjà hâte à ta prochaine visite à Montréal!