Entrevue vigneronne : Christophe Pueyo



Le Vignoble Pueyo se situe à Libourne, du côté de Saint-Émilion. Nous avons la chance de représenter les délicieuses cuvées travaillées par Christophe, vigneron de père en fils.  C’est en 2010 qu’il a rejoint son oncle Jean-Paul et les 8,5 hectares de vignes âgées sur des sols graveleux et peu fertiles, terroir idéal où les cépages merlot, cabernet-franc et cabernet-sauvignon se plaisent à merveille et atteignent la maturité avant le solstice d’automne. 2010 est également l’année à laquelle débute la conversion du domaine en bio. On retrouve dans les vins de Christophe le charme et le plaisir des vins de Bordeaux, le tout magnifié par une élégance et une buvabilité surprenantes! On comprend toute l’attention apportée aux vinifications qui mettent le fruit et le terroir en valeur. Christophe priorise la fraîcheur des arômes du fruit à la super puissance des tanins et des accents boisés. Dans l’esprit des vins de terroir qui expriment leur identité et leur millésime, une grande importance est ici accordée au respect de la nature, des sols et des vignes. Rigueur et exigence sont de mises afin d’obtenir des raisins sains pour élaborer des vins droits. 

Nouvel arrivage maintenant disponible, en quantité limitée :  un vin blanc 100% sauvignon (ouf, quel vin!) et trois cuvées en rouge, en passant du Bordeaux frais et fluide au majestueux Saint-Émilion Grand cru 2014. 

Bonne lecture et santé!

ENTREVUE

VDLV - Christophe, le domaine, en 2 mots?
CHRISTOPHE - Terroir. Exigence.

VDLV - La philosophie derrière les vins?

CHRISTOPHE - Le respect du vivant. À la vigne nous travaillons donc en bio certifié et biodynamie depuis deux ans, avec une certification prévue à court terme. Au chai, levures indigènes, peu d’intervention et peu de soufre mais sans dogmatisme. L’idée étant de faire les vins les plus droits possibles. Chaque millésime a son identité particulière en essayant de garder un  équilibre des vins sur la finesse et l’élégance plutôt que sur la puissance. Et surtout, faire les vins qui nous plaisent et qu’on a envie de boire.

VDLV - Vous êtes une équipe complète? Qui fait quoi au domaine, vous avez des rôles attitrés?
CHRISTOPHE - Je suis plutôt dans un rôle de chef d’orchestre et sur tous les fronts : vigne, chai, commercialisation... mais le moins possible d’administratif et de tracteur. (RIRES) J’ai deux jeunes en train de se former, Julien et Elodie, qui intègrent progressivement le Domaine et apprennent peu à peu toutes les facettes du métier.



VDLV - Sur le long terme, vous avez des projets particuliers? Une direction que vous suivez pour le futur des choses?

CHRISTOPHE - Faire évoluer la vision des nouveaux vins de Bordeaux pour qu’ils soient plus reconnus par la nouvelle génération de sommeliers et acheteurs de vins. C’est un projet plutôt collectif mais que j’estime être essentiel pour le Domaine.

VDLV - Qu’est-ce qu’un vin naturel pour vous, en une phrase?

CHRISTOPHE 
- C’est un vin issu d’une agriculture biologique certifiée (au minimum) avec des raisins si possible vendangés manuellement et des fermentations naturelles. Un vin vivant avant tout.

VDLV - Si ce n’était le vin, vous vous verriez dans un autre branche?

CHRISTOPHE 
- (temps…) Parfois, j’essaie de m’imaginer faire autre chose mais j’ai du mal à trouver (temps…) Vous avez des idées? (rires)



VDLV - Qu’est-ce qui vous a mené à la vigne?

CHRISTOPHE 
- D’aider mon père dans les vignes et au chai quand j'étais jeune, il y a très longtemps

VDLV - Parmi vos vins, quelle est votre cuvée chou-chou?

CHRISTOPHE 
- J’ai un penchant très fort pour les vins de macération en amphore. Notre cuvée de sémillon, Hellébore, n’est pas encore présente au Québec, malheureusement. C’est un grand vin de gastronomie.


VDLV - Je nomme vos cuvées une à la fois et vous me dites le premier mot qui vous vient à l’esprit, sans réfléchir. Ce sont les millésimes qui viennent d’arriver ici au Québec. 


1- Tellus Vinea 2018
Gourmand. Un merlot sur la fraîcheur et un joli végétal avec une bonne buvabilité. Un vin qui réconcilie les amateurs avec le merlot.

2- La Fleur Garderose blanc 2016
Sauvignon différent. Identité

3- La Fleur Garderose Bordeaux 2017
Aérien. Un vrai jus d’assemblage, mûr mais frais. Belle longueur, un vin pour manger.

4- La Fleur Garderose Saint-Émilion grand cru 2014
Verticalité. Mon chouchou en rouge. (rires) Vin très délicat et complexe au nez avec des notes de truffe. En bouche, c’est fin, tenu par une acidité tranchante et une belle longueur. Les 40% de cabernet-franc de l’assemblage donnent une dimension aérienne.